Bol d’air marin

Que j’aime me promener, courir, me reposer le long de notre littoral, à moins d’un kilomètre de chez nous. Il y a cet arbre, un repère, qui a dû se montrer fort face à de nombreuses tempête. Et puis parfois de jolies petites surprises comme le passage d’une belle méduse pendant que les enfants jetaient des galets dans la mer.

20170423_172032[1]20170423_173101[1]

20170423_173316[1]

Merci Monsieur Philippe Meirieu de mettre les bons mots sur ce que je ressens….

Déclaration de Philippe Meyrieu, pédagogue :

« Nous vivons, pour la première fois, dans une société où l’immense majorité des enfants qui viennent au monde sont des enfants désirés. Cela entraîne un renversement radical : jadis, la famille « faisait des enfants », aujourd’hui, c’est l’enfant qui fait la famille. En venant combler notre désir, l’enfant a changé de statut et est devenu notre maître : nous ne pouvons rien lui refuser, au risque de devenir de « mauvais parents »…
Ce phénomène a été enrôlé par le libéralisme marchand : la société de consommation met, en effet, à notre disposition une infinité de gadgets que nous n’avons qu’à acheter pour satisfaire les caprices de notre progéniture.
Cette conjonction entre un phénomène démographique et l’émergence du caprice mondialisé, dans une économie qui fait de la pulsion d’achat la matrice du comportement humain, ébranle les configurations traditionnelles du système scolaire.
Pour avoir enseigné récemment en CM2 après une interruption de plusieurs années, je n’ai pas tant été frappé par la baisse du niveau que par l’extraordinaire difficulté à contenir une classe qui s’apparente à une cocotte-minute.

Dans l’ensemble, les élèves ne sont pas violents ou agressifs, mais ils ne tiennent pas en place. Le professeur doit passer son temps à tenter de construire ou de rétablir un cadre structurant. Il est souvent acculé à pratiquer une « pédagogie de garçon de café », courant de l’un à l’autre pour répéter individuellement une consigne pourtant donnée collectivement, calmant les uns, remettant les autres au travail.
Il est vampirisé par une demande permanente d’interlocution individuée. Il s’épuise à faire baisser la tension pour obtenir l’attention. Dans le monde du zapping et de la communication « en temps réel », avec une surenchère permanente des effets qui sollicite la réaction pulsionnelle immédiate, il devient de plus en plus difficile de « faire l’école ». Beaucoup de collègues buttent au quotidien sur l’impossibilité de procéder à ce que Gabriel Madinier définissait comme l’expression même de l’intelligence, « l’inversion de la dispersion ».
Dès lors que certains parents n’élèvent plus leurs enfants dans le souci du collectif, mais en vue de leur épanouissement personnel, faut-il déplorer que la culture ne soit plus une valeur partagée. »

Je pourrais approfondir, je pourrais citer des exemples relevant de mon expérience d’instit mais non, tout ce que vous avez lu ci-dessus se suffit à lui-même pour montrer ce que je ressens souvent en classe comme de nombreux de mes collègues. Alors à méditer 😉

Une histoire de cordon

Tous les matins, dans ma classe, il y a la question du jour. Un moment que les enfants aiment beaucoup. Il y a les questions philosophiques, les questions historiques, géographiques et scientifiques.

Ce matin-là, la question était « pourquoi avons-nous un nombril? »

D. prend la parole: « le nombril c’est là où il y a un tuyau qui part pour nourrir le bébé dans le ventre de la maman; il va du nombril de la maman au bébé. » 

Alors de fil en aiguille, on aboutit à l’explication scientifique et surtout la véritable! Mais il manquait le nom de ce fameux cordon….

A.  » le cordon cérébral »

N. « non, c’est le cordon vigital! »

 

Bref, les cerveaux surchauffés de mes élèves ont bien besoin de repos (et le mien aussi!)….vive les vacances!

 

 

Notre locataire

Un arrosoir resté à l’extérieur cet automne et hiver….l’eau de pluie accumulée….et voilà qu’un petit locataire y a élu domicile. On ne sait pas comment il est arrivé ici. Notre voisin a bien une mare mais un palissade nous sépare….

Bref, normalement, on devrait être tranquille niveau moustiques s’il n’est pas trop paresseux à la chasse…. non?

Et en attendant qu’il déménage, va falloir que je me serve de bouteilles pour arroser!

20170401_125416_Richtone(HDR)[1]

« Ben super-héros à table! » de Francesca et Romain Sardou

Merci à Babelio pour m’avoir sélectionnée lors de la dernière masse critique jeunesse. Les enfants sont été ravis de recevoir un album (pour une fois que ce n’était pas un livre pour leur maman!) et ont été pressés d’être au soir pour le lire.

20170328_185743[1]

Une nouvelle aventure de Ben, super-héros… À table, cette fois…La maman de SuperCoquin a invité Ben et ses parents à déjeuner. Et elle leur a préparé une de ses spécialités : des légumes oubliés… Aïe ! Comment Ben va-t-il retrouver son appétit ?

Mon grand de presque 8 ans pensait lire une « histoire pour bébé » (traduction: une histoire pour les petits de beaucoup moins de 8 ans….comme sa petite soeur!) et au final, lorsque l’histoire fut lue et l’album refermé, il a été enthousiaste: « mais elle était trop bien cette histoire! »

Je pense qu’il a dû se sentir proche du héros face à son assiette!

Il m’a dit aussi avoir aimé l’intrigue et qu’il y avait de l’humour.

Quant à ma puce quand je lui ai demandé ce qu’elle avait aimé et ce qu’elle n’avait pas aimé, elle n’a pas trouvé de point négatif et a fait pas mal d’éloges:

  • les étoiles au début et à la fin du livre (oui, elle a le sens du détail)
  • les couleurs des illustrations
  • l’histoire (surtout la ruse d’un des enfants)
  • le doudou du héros.

Oui, ma fille est une future critique de livre 😉

Pour ce qui est de mon avis,  l’histoire est simple avec un petit peu d’humour. Le contenu se met au niveau des enfants et leur parle. On sent que ce livre fait partie d’une série de livre. Je ne connais que celui-là. Je ne sais pas si je m’en procurerais d’autres pour les enfants; je pense que ce seront eux qui verront s’ils veulent lire d’autres aventures. L’avenir le dira quand on en trouvera dans les rayons de nos bibliothèque.

 

 

 

« La fille de papier » de Guillaume Musso

Après avoir lu « la Fille de Brooklyn », Virginie de Mon Rêve d’été m’avait conseillé « La fille en papier » et j’ai bien fait de suivre son conseil et l’en remercie car j’ai passé un bon moment et me suis bien attachée aux personnages.

20170325_213936[1]

« Trempée jusqu’aux os et totalement nue, elle est apparue sur ma terrasse au beau milieu d’une nuit d’orage.
– D’où sortez-vous ?
– Je suis tombée.
– Tombée d’où ?
– Tombée de votre livre. Tombée de votre histoire, quoi ! « 

Tom Boyd, un écrivain célèbre en panne d¹inspiration, voit surgir dans sa vie l’héroïne de ses romans. Elle est jolie, elle est désespérée, elle va mourir s’il s’arrête d’écrire.
Impossible ? Et pourtant !

Ensemble, Tom et Billie vont vivre une aventure extraordinaire où la réalité et la fiction s’entremêlent et se bousculent dans un jeu séduisant et mortel…

Une intrigue bien trouvée et ficelée, une fin qui vous prend par surprise, ce roman est un brin magique!

Les personnages qu’ils soient au devant de la scène ou secondaires sont tous attachants et intéressants. Le périple du livre qui voyage m’a beaucoup amusé et fait partie de la magie de ce roman. La fin m’a pris au dépourvu même si j’aurais pu m’y attendre mais finalement Guillaume Musso même s’il avait semé des indices avait réussi à « m’embrouiller »!

A mon tour, je vous conseille donc ce livre, vous passerez un bon moment!

Fondant au chocolat

20170320_185304[1]

Voilà pour les ingrédients……oui, oui, 4 oeufs et un bocal de pâte à tartiner (250g environ)….J’ai rajouté les ramequins qui serviront pour le service histoire que ça ne fasse pas trop vide!!!!

 

On commence par mélanger les œufs. C’est le plus long 😉 au minimum 5 min pour que le mélange « mousse » bien .

20170320_185456[1]

Après avoir « ramolli » le chocolat au micro-onde, le verser petit à petit et mélanger avec une cuillère en bois.

Verser le mélange dans des ramequins et mettre dans le four préchauffé à 180°C pendant 8 min.

Un régal prêt en

une vingtaine de minutes…..

La chaussiflette

Dans les variantes de la tartiflette, il y en a une que nous apprécions plus particulièrement: la chaussiflette. J’ai découvert cette variante dans une newsletter mais j’ai ensuite adapté la recette selon ma propre recette de tartiflette.

Oups! je vous sens en train de vous faire des noeuds au cerveau avec le terme chaussiflette…

Chauss……Chaussééééééééé aux moineeeeuuuuuux!!!! Vous comprennez?

Alors côté ingrédients:

Il vous faut le kilo de pommes de terre que vous allez éplucher, couper en rondelles puis cuire à l’eau.

Et puis voici le reste:

20170318_194449[1]

Un chaussée aux moines, 20 cl de crème fraîche, 10 cl de vin blanc, 200g de lardons fumé, un oignon et un gousse d’ail.

Quand les pommes de terre sont cuites, versez la moitié dans le plat.

20170318_195436[1]

Épluchez et hachez l’ail, épluchez et coupez l’oignon. Puis faire revenir le tout avec les lardons.

Étalez la moitié sur les pomme de terre avec la moitié de crème et la moitié de vin blanc. Puis rajoutez le reste de pommes de terre, de crème et de vin blanc.

Ôtez la peau du chaussée aux moines, coupez le en morceaux et recouvrir les pommes de terre.

20170318_200120[1]

Enfournez à 180°C pendant 30 min puis régalez-vous!

20170318_203654[1]

Et je n’ai pas pu m’empêcher…..une pub qui m’avait marquée….

 

 

Profiter d’un dimanche ensoleillé

Ils se faisaient rares les dimanches ensoleillés, on a même eu peur de leur disparition…

Et puis hier, miracle….Soleil et températures frôlant les 20.

Alors ni une ni deux, on s’est dit qu’il fallait en profiter car nous n’étions pas sûr que ça se reproduirait avant belle lurette!

Direction le pont.

20170326_164644[1]

Il est à 5 min de chez nous et permet de rejoindre « l’île » comme on dit ici.

20170326_165907[1]

Passage obligé du côté de la plage, Miss Wonder nous reproche de ne pas avoir apporté le maillot de bain….

Mais ça ne les empêche pas de se réapproprier la plage.

20170326_170729[1]

Puis reprise de la balade pour admirer les beaux paysages et essayer de repérer notre village de l’autre côté.

20170326_174054[1]

Et puis il y a eu de beaux moments de rigolades avec Monsieur Mon Mari qui, entre piquer la balançoire des enfants dans l’aire de jeu et le vélo de sa fille, a mis de l’animation!

20170326_172059[1]

Et vous votre dimanche? 

Liebster Award One!

Un grand MERCI à Biboulov (et à  Une vie à tâtons qui a pensé à elle!) pour ma nomination au Liebster Award!

Comme elle, j’aime répondre à des questions sur moi… alors je m’empresse de le faire!

Mes 11 secrets en vrac!

  1. Je me sens de plus en plus bien dans notre village littoral.
  2. Mes 2 loulous ont chacun leur ange gardien.
  3. Je suis très olfactive….j’adore sentir certaines odeurs pour me réconforter, m’apaiser. Mon Mister Happy l’a bien remarqué « Maman, tu sens souvent mes doudous! » Eh oui! je le fais rapidement, c’est comme sentir les cheveux de mes loulous.
  4. En parlant de doudou, le mien est toujours là; il veille souvent sur les nuits de ma Miss Wonder, ou il fait l’infirmier auprès de Mister Happy.
  5. Je corrige les cahiers de mes élèves en rose ou en bleu turquoise.
  6. Je pense de plus en plus à faire un troisième marathon: en fait il est déjà programmé! Après New York et Amsterdam, il faudrait peut-être en faire un en France!
  7. Je suis une Flyladie.
  8. Je suis contente qu’un arbre a été coupé dans la rue derrière chez nous car on voit beaucoup mieux la mer des chambres des enfants!
  9. Tous les mois, on boit une bouteille de champagne pour fêter le moiniversaire de notre mariage.
  10. J’ai dû mal à m’endormir si je ne lis pas quelques pages d’un livre.
  11. Et j’adore me lever avant la maisonnée, profiter du calme, m’avancer dans ce que j’ai à faire.

Quant aux questions, voici mes réponses!
1: quel est ton plus grand rêve?

Que mes enfants soit heureux dans leur vie et épanouis.

2: pourquoi avoir décidé d’écrire un blog?

Exactement comme Biboulov! Partager (et j’aime beaucoup le terme humblement) et échanger avec des personnes que je n’aurais pas rencontrées autrement.

3: ta saison préférée? Pourquoi ?

L’été: les grandes vacances, et comme instit, je ralentis le rythme, je profite de tout. je profite pour passer beaucoup de temps avec mes loulous, partager beaucoup avec eux, je profite pour faire des choses que je ne fais pas le reste de l’année, je profite de la chaleur, des loisirs, je profite pour bosser et mettre en place toutes les idées pour la classe….

4: ton plus grand regret ? Pourquoi ?

N’avoir pas oser parler plus tôt et aux bonnes personnes de ce que m’a fait subir un oncle.

5: ta plus grande passion?

Mes enfants!

6: qu’est ce qui te rend heureux(se) au jour le jour ?

Les petits bonheurs!

7: comment te vois-tu dans 10 ans?

Je ne sais pas, je préfère déjà profiter du moment présent, et me voir avec un garçon de 17 ans et une fille de 14 ans…..gloups!

8: qu’est ce qui te plaît dans mon blog/mes articles ? et ce qui ne te plait pas ? (soyez francs, ça m’aidera !!)

J’aime tes réflexions sur la parentalité, ça me parle et ça me fait réfléchir.

9: ta citation préférée ?

“Tout problème a une solution”

“Petit à petit l’oiseau fait son nid”

“Lève toi chaque matin avec de la détermination pour te coucher le soir avec de la satisfaction.”

« Ne fais pas aux autres ce que tu ne veux pas qu’on te fasse »

10: ta plus grande peur ?

La mort

11: ton secret pour t’accepter plus facilement ?

Alors là, je le cherche toujours, quand je l’aurai trouvé, je vous le dirai!

Je nomine tous ceux et toutes celles qui auront lu cet article jusqu’ici! Faites moi part de vos 11 secrets et réponses à ces questions en commentaires ou sur votre blog!